Appréciation de la situation conjoncturelle actuelle – janvier/février 2012

La production de l’industrie luxembourgeoise connaît au 3e trimestre 2011 une évolution divergente de celle de la moyenne de la zone euro : alors que cette dernière affiche au cours de ce 3e trimestre une progression de quelque 5% par rapport à 2010,  un repli de l’ordre de 2% est enregistré du côté luxembourgeois. Les résultats sont peu susceptibles de connaître une amélioration significative au cours du 4e trimestre au vu des enquêtes d’opinions dans l’industrie européenne et luxembourgeoise. Pour le Luxembourg, si les estimations pour octobre se confirment, la baisse pourrait dépasser 10% sur un an au 4e trimestre[1].

Dans ce contexte globalement défavorable, des nouvelles plus encourageantes sont venues des Etats-Unis, où la consommation des ménages et la création d’emplois ont repris de la vigueur. Les données disponibles pour l’industrie européenne comprennent également quelques notes plus optimistes, par exemple une hausse des immatriculations de voitures particulières dans la zone euro en novembre ainsi qu’un léger  redressement des commandes industrielles en octobre 2011, notamment en Allemagne. Dans ce pays voisin, les exportations ont augmenté de 2,5% en novembre 2011 par rapport au mois précédent, alors que les importations ont diminué de 0,4%. En 2012, les exportations allemandes devraient atteindre une nouvelle valeur record de 1.139 milliards EUR.

Selon les derniers chiffres publiés par la BCL et le STATEC, la balance courante luxembourgeoise des trois premiers trimestres 2011 dégage un excédent de 2,4 milliards EUR, en chute de près de 600 millions EUR par rapport à la même période de l’année précédente, en raison de l’aggravation du déficit des trois balances partielles (marchandises, revenus et transferts) de plus de 1,3 milliard EUR. Seule la balance du commerce international de services s’améliore pendant les neuf premiers mois de 2011 (+737 millions EUR), et ce notamment sous l’impulsion d’une hausse marquée des exportations de services financiers (+8,5%). Cependant, l’amélioration du solde de la balance des services ne suffit plus à neutraliser les évolutions négatives des autres
balances partielles, engendrant ainsi une baisse de l’excédent courant.

Du côté des consommateurs, l’indicateur de confiance établi par la BCL est resté stable en décembre 2011, à son niveau le plus bas depuis janvier 2010, bien que ses composantes affichent des évolutions contrastées puisque les anticipations des ménages concernant la situation économique générale au Luxembourg se soient quelque peu éclaircies tandis que l’inquiétude face au chômage a augmenté par rapport au mois passé, tout comme la composante relative à la capacité d’épargner des ménages.

D’autres indicateurs sont analysés dans la rubrique Photo mensuelle de l’économie de l’édition 1/2012 du Merkur, qui propose également une appréciation de la situation conjoncturelle luxembourgeoise par un Chef d’entreprise. Dans cette édition, Madame Michèle Detaille (société No-Nail Boxes) a eu l’amabilité de nous fournir son appréciation.

[1] Source : STATEC, Conjoncture Flash, décembre
2011.

Leave a Reply

Your email address will not be published.