Pro Industrial Luxembourg!

In the early 2000s, at the time of the digital revolution, some economists began to imagine developed countries without factories, advocating an accelerated transition to a knowledge-based economy. Based on the success of the finance and certain services sectors, some people imagined that Luxembourg would also lean towards these new activities and somewhat neglect the industrial sector in its public policies. The Grand Duchy would thus complete the evolution of its economy, which began at the end of the 1970s, from steelmaking to a finance and services-based economy. This would be a serious mistake. Luxembourg has a strong and dynamic industrial base on which a significant part of future growth depends.

Continue reading

Pour un Luxembourg industriel !

Au début des années 2000, au moment de la révolution numérique, certains économistes se sont mis à imaginer des pays développés sans usine, prônant une transition accélérée vers l’économie de la connaissance. S’appuyant sur la réussite de la place financière et de certains secteurs des services, d’aucuns s’imaginaient tout autant le Luxembourg miser intégralement sur ces nouvelles activités et délaisser quelque peu le secteur industriel dans ses politiques publiques. Le Grand-Duché achèverait ainsi l’évolution de son économie, entamée à la fin des années 70, de la sidérurgie vers la finance et l’économie des services. Or, il s’agirait là d’une grave erreur. Notre pays possède une base industrielle, solide et dynamique de laquelle dépend une partie non négligeable de la croissance future.

Continue reading

Brexit : Entreprises, préparez-vous !

Le 23 juin 2016, le peuple britannique a fait connaitre par voie de referendum sa volonté de quitter l’Union européenne. Plus de deux ans après cet évènement historique inédit, et à moins de quarante jours avant la date butoir de sortie du 29 mars 2019, un accord final entre l’Union européenne et le Royaume-Uni reste encore à trouver, ou, disons plutôt, à valider des deux côtés de la Manche. Alors que le temps s’égrène, les chances de parvenir à un terrain d’entente jalonnant une sortie britannique ordonnée s’amenuisent inexorablement.

Continue reading

Pour un « 5e plan PME » ambitieux

Les petites et moyennes entreprises (PME) représentent quelque 99% des entreprises luxembourgeoises, plus des deux tiers de l’emploi et quelque 70% de la valeur ajoutée – comme l’illustre le graphique ci-joint. Davantage encore que dans l’Union européenne dans son ensemble, les PME constituent d’évidence le véritable « fer de lance » de l’économie grand-ducale. Cette clef de voûte ne pourra cependant rester en place que si la compétitivité des PME sous toutes ses formes est confortée.

Continue reading

Maîtriser les coûts et l’inflation via une indexation « conforme RIFKIN »

Le processus de Troisième Révolution Industrielle (TRI) a été lancé en 2015, avec le concours du Ministère de l’Economie, de la Chambre de Commerce et de IMS. Je me félicite de ce travail prospectif, innovant et de longue haleine, qui permet au Luxembourg de disposer de très utiles balises en vue de son adaptation à la « nouvelle donne économique ». Continue reading

Gouvernement(s) : quel bilan, quels défis, quels no-gos ?

Au moment où une législature s’achève, il me paraît judicieux de tirer un premier bilan de l’expérience gouvernementale. Une évaluation forcément incomplète à ce stade, car c’est souvent avec un certain recul – voire même un recul certain – que peut être correctement appréhendée une politique forcément multiforme et dont certains effets ne se dévoilent qu’au fil du temps. Un bilan nécessaire cependant, car il souligne les défis auxquels sera confronté le prochain Gouvernement, qui ne disposera certainement pas d’une éternité pour poser ses premiers jalons et mettre en œuvre les réformes requises.

Quel bilan ?

Il me semble qu’on puisse inscrire au crédit du Gouvernement actuel les initiatives liées notamment au « processus Troisième Révolution Industrielle », visant à favoriser une croissance plus qualitative, assise sur des gains d’efficacité plutôt que sur l’utilisation croissante de ressources non extensibles à l’infini (l’emploi frontalier, par exemple). Je note aussi la volonté de diversifier l’économie – en direction du spatial par exemple – et d’accroître son intensité en recherche et développement. Le tout a été mis en œuvre sans négliger la place financière, comme le montrent les efforts de promotion des Fintech et les actions accomplies afin de favoriser la transparence fiscale – qui sont essentielles autant pour la réputation internationale du Luxembourg que pour le fonctionnement au jour le jour de nos sociétés financières.

Continue reading

Crédits immobiliers : qui trop embrasse mal étreint…

Dans un rapport de novembre 2016, le Comité européen du risque systémique (CERS) avait mis en exergue certaines vulnérabilités du marché immobilier au Luxembourg et dans 10 autres pays de l’Union européenne[1]. Selon le CERS, le Luxembourg se caractériserait ces dernières années par la conjonction d’une hausse soutenue de l’endettement des ménages et d’une forte progression des prix immobiliers. Continue reading

Quo vadis télétravail ?

Il est sur toutes les lèvres et il interpelle : le télétravail. Si l’idée de travailler à partir d’un endroit qui n’est pas le lieu de l’entreprise n’est en rien révolutionnaire, c’est plutôt la possibilité donnée par les ordinateurs, tablettes et autre artéfacts connectés qui le rend a priori plus abordable. Plus besoin de clés USB, de documents imprimés, de versions parallèles : la connectivité et la numérisation rendent possible le travail quasi indépendamment du lieu. Continue reading